En cours de route pour la région de Sarapiqui, nous nous arrêtons pour rencontrer un producteur de coeurs de palmiers. En l'occurence, il s'agit d'une femme : Doña Maria.

 

DSC_1360

DSC_1366

Elle porte des gants en cuir et grosse chaîne, pour ne pas se couper avec sa machette, mais également pour ne pas se piquer avec les imposantes épines qui recouvrent certaines feuilles et le tronc du palmier.

DSC_1371

DSC_1372

DSC_1373

Et voici comment elle "épluche" le palmier pour en découvrir le coeur. Elle nous a aussi montré la future feuille.

DSC_1379

DSC_1385

DSC_1388

Puis, nous avons déjeuné chez elle. D'abord d'un céviche de coeur de palmier. C'est délicieux ! Je ne crois pas que je puisse refaire cela ici, car sauf erreur, en France, on ne trouve que des coeurs de palmier en boite. Et franchement, frais, c'est autre chose, et exquis !

DSC_1390

DSC_1391

Puis des bananes plantains, avec une sorte de hoummous d'haricots rouges.

Puis des lasagnes au coeur de palmier !!!! C'est une tuerie ! Trop trop bon !!! (Alejandro, si tu me lis, l'expression "c'est une tuerie" signifie "c'est à tomber par terre !" ou encore "c'est délicieux").

DSC_1415

Bref, une belle découverte, avec le coeur de palmier, et Doña Maria.

A suivre...